simona
 bazgan

Je n'aime pas la réalité - elle m'angoisse: le travail est le moyen de me réconcilier avec elle, en la recréant. Il trace la fusion entre le réel et l'imaginaire - une rencontre qu'il faut saisir et approcher, l'apprivoiser sans jamais enlever son mystère.

La satisfaction est là quand tout se met naturellement en place. Quand les éléments se lient dans un dialogue fluide, les facteurs bruyants disparaissent de la toile et tout se clarifie. Un intérêt qui s'impose de plus en plus dans mon travail est celui d'inclure des matériaux bien réels, simples, qui prennent la place des pinceaux que j'utilisais beaucoup avant. Je ne les appelle pas collages: ils forment plutôt la fondation sur laquelle je construis mes images.